Un peu d’histoire

 

 

 

 

C’est en 1960 que le neuropsychiatre espagnol, Alfonso Caycedo, met au point cette méthode qui permettait aux patients de prendre conscience de leurs états et de les rendre acteurs dans leur traitement. Le terme « sophrologie »,  trouve ses racines dans le grec ancien et signifie « étude de l’harmonisation de la conscience« . Le Docteur Caycedo passera les 7 années suivantes à donner corps à cette nouvelle méthode originale. D’autres techniques viennent alors enrichir  les bases de la sophrologie. C’est ainsi que l’on reconnaitra /

  • Les techniques d’hypnose utilisées en milieu hospitalier par les psychiatres,
  • La méthode Coué avec « la pensée positive »,
  • La relaxation progressive de Jacobson  avec « le relâchement des tensions musculaires »,
  • Le training autogène de Schultz avec « l’auto-relaxation par la suggestion »,
  • La phénoménologie avec « l’apprentissage du non jugement,
  • Et enfin d’autres techniques orientales traditionnelles comme le yoga avec « la stimulation de la respiration, relâchement musculaire »et le zen avec « la pratique de la méditation » et enfin du Bouddhisme.

La sophrologie se structure alors en trois degrés composés d’exercices appelés « Relaxation Dynamique » :

  • Le premier degré améliore la concentration et la perception de son corps ;
  • Le second degré renforce l’image de soi ;
  • Le troisième degré initie à la méditation.

Le mariage de toutes ces techniques en une seule méthode rend la sophrologie complète et efficace. Qu’elle soit utilisée de manière philosophique ou thérapeutique, la Sophrologie se propage et se découvre sans cesse de nouvelles utilisations. La sophrologie est utilisée par des sophrologues, mais aussi par des médecins, des travailleurs sociaux, des infirmières, des responsables du personnel, des entraîneurs, des coachs, des enseignants… La Sophrologie a aujourd’hui 50 ans, son efficacité est reconnue et elle est rentrée dans le quotidien de nombreuses personnes.

Pour aller plus loin …

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés